Comment et pourquoi je suis devenue végétarienne #temoignage

Voilà maintenant 2 ans que je ne mange plus du tout de viande !
Cela faisait plus d’une dizaine d’années que j’étais, pour des raisons écologique et morales, ce que l’on appelle flexi-végétarienne; c’est à dire que j’avais réduit considérablement mon apport en viande sans l’avoir réellement arrêté, en passant parfois par des périodes de végétarisme total, de pesco-végétarisme, de « je ne mange pas les bébés des animaux »,  ou même de « je ne mange que la viande de petits producteurs locaux »… bref, je savais que mon alimentation ne me convenait pas, qu’il y avait quelque chose qui clochait, mais je ne savais pas vraiment quoi ni par quel bout m’y prendre !

Puis, après blogtrip Weleda en Allemagne avec Eleusis & Megara, et un long voyage en train à papoter ouvertement et sans jugement de végétarisme, des animaux en général, tout s’est éclairé. On peut dire que Laëtitia (Eleusis & Megara) m’a ouvert les yeux et a changé une grande partie de ma vie ❤ (surement qu’elle ne s’en est même pas rendu compte en plus !!!).

Voici donc une partie de mon raisonnement… bien sûr c’est plus complexe dans ma tête mais j’ai essayé de le synthétiser (prenez un café car c’est assez long 😀 )

Manger du chien c’est mal. Manger du porc c’est la vie !

Un jour, je me suis juste posée la question de mon rapport avec les animaux, de la logique de mes démarches à choisir des produits cosmétiques cruelty free, vegan… si derrière je m’enfilais un steak…
Autre exemple, comme beaucoup en Europe, je trouvais ça absolument hallucinant qu’en Chine on mange les chiens… Quand je vois sur Facebook les commentaires de certains, le jugement est parfois très virulent ! Mais je suis sûre qu’en Inde, les abattoirs français de vaches nous font passer pour des sauvages…
En quoi c’était moins pire de manger du porc, du bœuf ou même de l’agneau plutôt qu’un chien ? Parce que ces animaux ne rentrent pas dans notre « foyer » (sauf si on s’appelle Georges Clooney 😉 !) ? Parce qu’on ne dort pas avec eux ? qu’ils ne sont pas les « meilleurs amis de l’homme » ? qu’on ne leur donne pas de nom ?

Découverte du spécisme

C’est ce que l’on appelle le « spécisme« , c’est à dire que l’on pense que certains animaux sont plus importants, ou on plus de droits, que d’autres… C’est ainsi que l’on a souvent des personnes qui disent ne pas manger de lapin car ils en ont eu un petit, de cheval car ils en montent tous les weekends et que c’est trop bizarre de manger un animal avec lequel on évolue.
Mais du coup, le petit agneau tout mignon qui ne demande qu’à avoir des câlins, on s’en bat les steaks (c’est le cas de le dire ?!).

Bref. Tout cela n’avait pas encore réussi à me convaincre même si, déjà, ça avait fait stopper pas mal de mes pulsions de cheese-burger à Mac Do.

J’ai commencé à me documenter, à regarder avec un œil plus critique le monde agro-alimentaire qui m’entourait, regarder des documentaires sur les abattoirs…

Une vie qui me ressemble : pas celle que la société m’impose

Puis j’ai analysé ma vie, l’éducation que j’ai reçue et même si je n’ai pas à me plaindre car mes parents sont formidables et m’ont tout donné, cette vie ne me ressemblait pas. Ma vie était calquée sur la leur, celle que la société nous a imposé depuis des années, je n’avais pas MA propre personnalité. La nourriture faisant partie intégrante de tout cela.

Recopier les enseignements reçus toute sa vie par ses parents, c’est plutôt normal. Mais devenir adulte, c’est aussi en tirer des leçons et développer sa propre personnalité. Faire ses propres choix.

Passer de « j’adore la viande » à « je ne mange plus de viande » ?

Il faut savoir que je viens d’une famille chtis, « d’un ch’nord de la France », avec une mère qui a grandit à la campagne… petite je déplumais moi-même les poules qu’on allait chercher à la ferme, j’ai appris à vider les poissons, les poulets, enlever leurs vicaires. Bref, la viande morte ne me faisait pas peur !
Et le pire de tout, c’est que j’adorais ça ! Les barbec’ en famille, les ragouts de mouton de mamie Georgette, les rôties de dinde de mamie Odette, le foie gras et le pâté maison de Thomas (c’est d’ailleurs je crois l’un des derniers bouts de viande que j’ai mangé !)…
Chez moi, un repas sans viande ou poisson était un repas incomplet.
Chez moi, ne pas manger de viande pendant une semaine c’était forcément être en carence alimentaire.
Bref, clairement, la viande dans ma famille c’était sacré, j’adorais ça et je ne pensais pas pouvoir m’en passer !

Mais je crois que jusque là, même si j’avais eu l’occasion de dépiauter moi même un animal mort, je pense que j’étais dans une sorte « d’hypocrisie » envers les animaux. Je me mentais à moi même… une partie de moi se disait que la viande c’était normal de la manger, que l’humain en mangeait depuis toujours, qu’il nous en fallait pour être en bonne santé…  Cette partie de moi me forçait à ne PAS penser que là, dans mon assiette, c’était un animal mort. Un animal vivant, qu’on a tué, cuit, et mis dans mon assiette pour que moi, je le mange.
Est-ce que j’aurai été capable, si l’industrie agro-alimentaire ne l’avait pas fait à ma place, de tuer cet animal moi-même ? Clairement, NON. Et c’est de là que tout est parti.

Si je n’étais pas capable de tuer moi-même un animal pour le manger, c’est que je ne devais pas le manger.

Je me suis écoutée, mon empathie envers les animaux à pris le dessus, et le constat était clair : j’étais incapable de faire du mal à un animal. Et, dans mon raisonnement, c’est absolument illogique et hypocrite de le manger derrière !

Donner le couteau à quelqu’un d’autres pour qu’il fasse le sale boulot à ma place, cela ne me rendait pas moins innocente.

A cela s’est ajouté la façon donc les animaux sont mis à mort dans les abattoirs, le stress et l’enfer qu’ils subissent… C’est juste cruel et totalement inhumain. NON, je ne voulais plus manger d’animaux morts alors qu’aujourd’hui, il est très facile de remplacer la viande dans notre assiette.

Du coup, j’ai arrêté d’en manger.

Si j’ai eu cette période où c’était très compliqué de parler de cela avec des non-végétariens, aujourd’hui je suis plus détendue et c’est aussi pour cela que j’en parle ENFIN ici.

En effet, j’ai plutôt eu l’habitude d’être assez ouverte sur pas mal de sujets; quand je n’étais pas végétarienne, jamais cela me serait venue à l’esprit de me moquer d’un végétarien ou de critiquer son mode de vie. Du coup, j’étais totalement sur la défensive quand certains de mes collègues se mettaient à critiquer mon choix.
On m’a quand même sortie que je faisais partie d’une secte et qu’on m’avait retourné le cerveau… !

Aujourd’hui, je pense quand même réussir à en parler ouvertement, sans jugement, comme l’a fait Laëtitia (Eleusis & Megara) avec moi.

Le mieux est l’ennemi du bien : c’est votre assiette pas celle du voisin !

Ce message s’adresse aussi bien aux végétariens qu’aux non-végétariens.
L’une des choses que je voudrais ajouter avant de conclure, c’est qu’il est inutile de se foutre la pression ou de foutre la pression aux autres.

J’avoue que lorsque j’ai décidé d’arrêter totalement la viande, je critiquais facilement les choix de mes potes non végétariens en essayant de les faire culpabiliser sur le fait qu’ils avaient un animal mort dans leur assiette… Grosse ERREUR de ma part, en plus de les brusquer, ça finissait souvent en débat sans fin… totalement stérile ! (depuis, il est interdit de parler de végétarisme à table à mon boulot !!!! )

Et si on commençait à être bienveillant ?

J’en ai un peu marre d’entendre ou de faire « la police du végétarisme », c’est à dire que pendant près de 10 ans j’ai réduit mon apport sans être végétarienne. Ma phrase type était « si je peux, je préfère éviter de consommer de la viande ».
Dés que quelqu’un me voyait manger un bout de viande, j’avais le droit à une remarque méprisante « aaaah tu vois t’arrives pas à resister », « aaaah ils sont où tout tes beaux principes », et ce genre de phrases ne venaient pas non plus que des personnes non-veggie, certains de mes potes végétariens se permettaient de me juger et de me dire que je devais avoir honte de manger un animal mort, que je les décevais… alors que nul part je ne m’étais proclamée végétarienne à l’époque, et quand bien même, qu-est-ce que ça pouvait bien leur faire ?! J’avais ma conscience et c’était mon problème non ?
Forcément, je me cherchais et personne n’arrivait à me suivre et j’ai eu un ras le bol total du regard des autres sur mon assiette.

Le mieux est l’ennemi du bien, pour moi cette phrase est clairement MA phrase.
On se dit que pour faire au mieux, il faudrait être 100% végétarien, ou même végan ce qui tombe sous le sens, mais si on y arrive pas, on baisse les bras et on ne fait plus aucun effort. C’est pour moi ce qu’il s’est passé, et c’est NUL !!!
Réduire son apport en viande c’est déjà bien, et après, chacun va à son rythme vers ce qu’il a envie, vers ce qu’il pense être le mieux. Changer son alimentation ne se fait pas en un jour, moi ça m’a pris prés de 10 ans (bon logiquement ça va quand même un peu plus vite hein !!!)

Mini-point sur mon alimentation d’aujourd’hui

D’ailleurs, si on y regarde de prés, mon alimentation est trop chelou et est loin d’être encore un modèle cruelty-free…
– Mes petits dej’ sont généralement végétaliens : laits végétaux, graines de chia, muesli et fruits… (des exemples de mes petits dej sur mon Instagram)
– Les repas du midi ou du soir, chez moi sont tous végétariens… voire végétaliens quand je peux !
– Mais quand je sors je suis plutôt dans le « flexi-pesco-végétarisme » (j’invente des mots !!!), c’est à dire que je ne mange plus du tout de viande, dans aucun cas de figure.. et je n’accepte pas non plus les plats où je devrais trier. Cependant, il m’arrive encore de manger du poisson ou des fruits de mer quand je suis à l’extérieur et que je n’ai pas d’autres choix. Mais cela reste plutôt rare (un reste de spécisme certainement et du poids de la société !!!), je dirais 1 ou 2 fois par mois.

Je sais que ce dernier point va évoluer vers l’arrêt total, mais je fais comme je le sens, sans me forcer… et entendre des remarques négatives là-dessus ne pourraient faire que me gonfler plutôt que de me motiver à tendre vers le 100% végétarien 365 jours de l’année 😉 (voire vers le végétalien !) !

Je tiens à préciser enfin que depuis que je suis végétarienne, mon médecin m’a fait je ne sais combien de prises de sang et rien à signaler. Si… mes soucis de santé ont totalement disparus et je trouve mes assiettes bien plus garnies qu’avant !!! Je découvre également beaucoup d’aliments longtemps boudés qui sont des mines d’or nutritionnelles 🙂

Je pense que je ferais plusieurs articles, notamment celui des difficultés rencontrés, mais aussi de toutes ces bonnes raisons qui m’ont convaincu que c’était le meilleur choix que j’ai fait dans ma vie, de ce qu’il y a dans mon assiette, etc… Bien sûr, si vous avez des questions, ou des envies d’articles spécifiques sur le sujet, n’hésitez pas !

Enfin, je vous invite fortement à lire l’article de ma copine Laëtitia « 10 mauvais arguments contre le végétarisme« , qui est très complet ET avec des sources… et également, si vous êtes abonné à Netflix, n’hésitez pas à regarder le film Okja 🙂

Je vous remercie d’avoir tenu la lecture jusqu’à la fin. La discussion est ouverte si elle reste bienveillante 🙂 .

Edit : quelques vidéos et docs que j’avais trouvé très intéressantes lorsque je cherchais des réponses… :
Discours de Gary Yourofsky qui est vraiment à voir –  Cowspiracy sur Netflix (trailer) – des interviews de Aymeric Caron – l’association L214émission Adieu à la viande sur Infrarouge, etc… 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

7 réflexions sur “Comment et pourquoi je suis devenue végétarienne #temoignage

  1. Coucou, j’aime bien ton article dans le sens où il est tout dans la mesure, pas le jugement !
    Me concernant, j’ai fait le choix de diminuer très fortement la viande, mais je ne suis pas végétarienne, je dirai que je suis flexi mais peu à peu, j’évolue vers des assiettes de plus en plus sans viande (mais je mange oeufs et poissons)… le seul truc, c’est la vie de famille, le changement d’habitude à « imposer » aux autres, quand on a des enfants, c’est moins facile…. en ce moment, je me pose aussi beaucoup de questions sur le sucre, c’est un autre sujet, mais un vrai « combat » aussi, le prochain « scandale sanitaire », à la hauteur de la clope 🙂
    Bref, je m’égare mais voilà… un petit mot pour te dire que j’aime les discours comme le tien ! Je sais qu’au fond de moi, si j’étais seule, j’aurai fait le virage…mais je mange déjà beaucoup moins…. Vive les légumes et les fruits, je redécouvre les légumineuses et les céréales, bien meilleures pour notre santé (ça rejoint ton dernier point sur tes analyses sanguines, ça rejoint l’absence de nécessité de manger de la viande et ça rejoint aussi l’absence d’intérêt nutritionnel du sucre (à consommer avec une extreme modération !)
    J’ai été longue, mais la nutrition est un sujet qui me passionne !
    Bisous

    J'aime

    1. Merci Anne-Lise 🙂
      Oui, je comprends qu’avec la famille ce ne soit pas facile. Moi je vis avec un omnivore et dans ma famille plus globalement je suis la seule végétarienne. J’ai d’ailleurs en général beaucoup de raillerie, notamment à Noël par exemple 🙂 J’ai fait le choix de ne plus jamais acheter, ni cuisiner ou m’approcher de prés ou de loin à de la viande. Je cuisine des plats équilibrés, aucune carence constatée 😛 ça peut paraitre extrémiste car j’impose mon choix à mon mari mais on parle d’un choix qui n’impacte pas sa santé, au contraire… juste son palais à la limite ! et il peut encore se « rattraper » quand il sort avec ses amis 🙂
      Pour le sucre je te rejoins totalement, moi aussi je commence à faire attention 🙂

      J'aime

  2. Très bel article dans lequel je me retrouve, forcément! À mon sens, pouvoir en discuter sans jugement est également le meilleur point de départ à la réflexion de tout un chacun. Après, ça reste tout de même assez difficile entre les « mangeurs de viandes » qui se sentent touchés au plus profond de leur âme lorsque l’on évoque le sujet de la bouffe et à l’inverse, les « abolitionnistes ultra, dits extrémistes » qui viennent taper sur les végétariens car ils n’en font pas assez… Espérons que tout cela prenne le chemin de la tolérance et de débats positivement menés!

    J'aime

    1. Ah çaaaa c’est sûr et c’est pas ce qui est le plus évident de se retrouver au milieu. Moi j’ai quand même pas mal de tendance vegan mais quand j’entends certains me dire que c’est pas assez, faudrait qu’ils se mettent dans la tête que c’est déjà mieux que rien !!! Et à l’inverse, ceux qui ne sont pas ouverts c’est trèèèèès compliqué.
      Je me suis déjà retrouvée à un repas avec des chasseurs, autant te dire que c’était pas le sujet à mettre sur la table mdrrrr

      J'aime

  3. Article très intéressant. je suis je pense dans ta période des « 10 ans »: je ne consomme pas de viande chez moi, le moins possible à l’extérieur mais je trouve parfois difficile de ne pas en manger quand je suis à l’extérieur, je ne sais pas si je suis prête à l’imposer aux autres, je ne sais pas au final si c’est de la politesse ou la facilité… je pense que les deux sont mêlés… Bref, le processus est en cours 😉

    J'aime

  4. Merci pour cet article, franchement j’aime toujours autant lire des témoignages de végétariens qui insistent sur la bienveillance et le caractère contre productif du quasi-harcèlement des proches ! C’est clair qu’en arrêtant la viande on a envie de crier ce message au monde entier, mais il faut prendre le temps de souffler un coup, c’est pas facile, mais répondre de manière posée et ne pas réagir aux provocations (ou avec ironie tout au plus) ça finit par fonctionner (au pire on peut imaginer mettre des tartes aux gros relous dans notre tête !).
    Je voulais signaler sinon que concernant le discours de Gary Yourofsky, il y a pas mal de soucis qui ont été analysés pas mal de fois dans les cercles végétariens. C’est un très bon orateur, il est efficace, et surtout il est persuasif. Mais ses arguments s’apparentent un peu trop souvent à des sophismes, et ce sont parfois des types d’arguments qu’on reproche justement aux défenseurs de la barbaque… j’en parle dans mon dernier article si ça t »intéresse, j’ai mis en lien un article qui analyse ça justement (bon et puis il a eu des prises de position assez horribles du style dire que les femmes qui portent de la fourrure mériteraient de se faire violer). A bientôt 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s